LCJ CONCEPT : Gérer l'eau de pluie face aux changements climatiques

L'eau de pluie et le changement climatique.

Les longues périodes de sécheresse s’amplifient, les sols s’assèchent, les nappes phréatiques se rechargent difficilement. Pourtant nous avons de plus en plus de périodes de pluies abondantes et dévastatrices car ce sont des épisodes d’une forte intensité sur une très courte durée. Durant des décennies, le PLU des communes prévoyait un rejet des eaux pluviales de chacun dans le réseau commun. Aujourd’hui, nous constatons que l’artificialisation des sols réalisé au cours des dernières décennies n’est plus en corrélation avec le changement climatique et ne permet pas l’infiltration correcte des eaux pluviales lors des épisodes de pluie intense. Nous l’avons tous constaté, les réseaux ne sont plus en mesure d’accueillir la quantité d’eau de pluie lors de ces épisodes devenus récurrents, ce qui entraine des inondations via le débordement des réseaux publics notamment.

Évolution des règles d'urbanisme avec la gestion de l'eau à la parcelle.

Depuis quelques années les PLU évoluent et imposent une gestion de l’eau de pluie à la parcelle pour éviter ce rejet dans le réseau public et sa saturation pour les constructions neuves (c’est notamment le cas pour toutes les communes de Nantes Métropole). Malheureusement cela n’est pas suffisant puisque les constructions réalisées avant ces changements de règles d’urbanisme ne bénéficient pas de cette gestion autonome à la parcelle et, pour la plupart, rejettent leur eau de pluie dans les réseaux de ville. Le changement climatique étant rapide et les inondations de plus en plus fréquentes, il est essentiel d’apporter des modifications sur l’installation de ces habitations afin que le drainage et l’infiltration de l’eau de pluie se fassent différemment. 

Concrètement, comment mieux gérer ses eaux pluviales?

Gérer ses eaux de pluie, c’est aussi la possibilité de la récupérer et de l’utiliser pour les usages ne nécessitant pas d’eau potable. La gestion de l’eau de pluie se résume en 3 mots clés : INFILTRATION, RÉTENTION, RÉCUPÉRATION.

En effet, l’eau douce est une ressource rare et devenue chère surtout quand on sait que 54% des besoins domestiques ne nécessitent pas d’eau potable.  Il semble alors logique de ne pas payer au prix fort l’eau pour certains usages ne présentant pas de risque sanitaire (arrosage du jardin, remplissage de piscine, alimentation des WC ou du lave-linge par exemple) et d’utiliser cette eau de pluie que nous avons en abondance à certains moments de l’année pour couvrir une partie de nos besoins sur toute l’année et ainsi éviter une surcharge d’eau que les sols ne sont plus en capacité d’absorber.

Pour bien adapter son projet de récupération et de gestion de l’eau de pluie à ses besoins, il convient d’étudier sa consommation d’eau, son besoin et le potentiel (surface de toiture notamment) pouvant être récupéré ou mieux géré.

LCJ CONCEPT met à votre disposition son expertise dans le domaine, étant labellisé QUALIPLUIE.

Vous avez un projet de construction neuve et vous devez gérer vos eaux de pluie à la parcelle ou votre maison est déjà construite mais vous souhaitez améliorer la gestion de vos eaux pluviales, contactez-nous pour une étude individualisée.

post-img
Précédent

Récupération de l'eau de pluie sur une exploitation agricole : pourquoi et comment?

Répondre ou commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *